La Tête de Garnesier 2367 m et les quatre cols, depuis les Chabottes - Saint-Julien-en-Beauchêne

La Tête de Garnesier est le sommet situé le plus au sud de la barrière Ouest du Dévoluy. L'immense panorama offert depuis la cime, son accès plutôt facile, justifie l'inscription de la randonnée en tête des projets à réaliser. Depuis les Chabottes, lieu-dit atteint depuis Lus-la-Croix-Haute, l'itinéraire parcourt le Vallon de Garnesier pour atteindre le Col de Plate Contier. Le Pas l'Agneau donne accès à l'arête Sud-Est, fil de l'accès à la Tête de Garnesier. La randonnée se pratique le plus souvent en aller et retour. Mais revenu au Col de Plate Contier, le classique circuit dit des quatre cols est à conseiller pour le plaisir de parcourir des paysages variés. Alors la longue traversée passe par le Col de Lauteret, le Col du Vallon de Laup et enfin le Col des Tours. Le retour par le Roc de Plate Cuche, descend l'Ubac des Chabottes pour retrouver le point de départ.

Au Col de Plate Contier

Regard vers le Sud depuis le Col de Plate Contier, la Tête du Rif de l'Are et la Crête des Amésuras (Dévoluy, Saint-Julien-en-Beauchêne, Hautes Alpes – 05/10/16)

De la D1075 au Sud du Col de la Croix-Haute, au carrefour du Grand Logis – gare SNCF –, prendre la D505 en direction de Lus-la-Croix-Haute. À la sortie du village, hameau des Corréardes, prendre la route qui traverse les gorges du Riou Froid en direction des Chabottes. Stationner avant la barrière qui interdit les pistes forestières à la circulation, sur le parking aménagé à droite, panneaux d'information [ 31T 0719982 4946372 – N 44.63702° E 5.77364° ].

Pierrier de la Tête de Garnesier

Le versant Sud-Ouest minéral de la Tête de Garnesier. Le sentier monte en écharpe au Pas l'Agneau (Dévoluy, Saint-Julien-en-Beauchêne, Hautes Alpes – 05/10/16)

Suivre la direction du Col de Plate Contier évitera les hésitations aux nombreux carrefours de pistes. Mais attention à ne pas manquer le bon chemin : une large plateforme est un premier indice. Distrait, montant droit la piste orientée Sud-Est, ma position s'écarte de la route prévue, enregistrée sur le GPS. Comprenant rapidement l'erreur, les restes d'un vieux sentier ramènent sur le bon itinéraire, au niveau d'une ruine [ 31 T 720817 4946789 ]. Arrivé sur le replat, marcher à droite pour traverser le Torrent des Chabottes, aurait permis de rester fidèle au bon itinéraire.

À noter : L'erreur a permis de remarquer le beau cairn qui marque le début pratiqué du sentier de Grand-Côte qui donne accès à la crête de Chamousset [ 31 T 720728 4946966 ]. Voir : Chamousset 2089 m, depuis les Chabottes.

Sous la Tête de Garnesier

Dans les ressauts de la Tête de Garnesier au-dessus du Pas l'Agneau : le Roc de Garnesier et la Tête de Vachère (Dévoluy, Saint-Julien-en-Beauchêne, Hautes Alpes – 05/10/16)

Le sentier serpente dans l'herbe haute du Vallon de Garnesier. Son tracé et sa pente régulière, témoignent d'un chemin muletier important qui devait relier Lus-la-Croix-Haute à la Cluse, dans la Vallée du Béoux. Vastes clairières et bosquets de pins, donnent un caractère particulier à ce beau vallon avant de remonter l'alpage pour déboucher dans la dépression du Col de Plate Contier, dans une belle ambiance déjà provençale.

Chamousset

Chamousset depuis le sommet de la Tête de Vachère (Dévoluy, Lus-la-Croix-Haute, Drôme – 05/10/16)

La vraie ascension peut commencer, d'abord par la croupe qui domine le Nord du col par de bonnes traces. Cloué sur une arbre, un vieux panneau de bois indique la Tête de Garnesier. Sur la crête, la traversée facile de quelques rochers précède une longue écharpe d'abord terreuse dans les pelouses du col, puis pierreuse dans les éboulis dominés par la Tête des Ormans, pour déboucher au Pas l'Agneau.

Le Roc de Garnesier

Le Roc de Garnesier et la Tête de Vachère, le Grand Ferrand au loin. Si la météo est exceptionnelle, la lumière dure écrase le paysage – Un ami photographe dirait : Ce matin, il n' y a pas de nuages. Je ne sors pas ! (Dévoluy, Lus-la-Croix-Haute, Drôme – 05/10/16)

Le Pas l'Agneau est une large dépression accueillante, entre la Tête de Garnesier et la Tête des Ormans. Le paysage s'ouvre d'abord sur le Roc de Garnesier et bientôt sur la Tête de Vachère. Une courte pose précède la montée de l'arête terreuse ou pierreuse, parfois rocailleuse.

La Tête des Ormans

Descente par la crête devant la Tête des Ormans (Dévoluy, Lus-la-Croix-Haute, Drôme – 05/10/16)

L'ascension de deux buttes plus raides, m’apparaît éprouvante. La courte descente d'une crête rocailleuse demande de l'attention et plus haut, le franchissement d'un ressaut rocheux doit être réfléchi. Mieux prendre le rocher de la crête, plus exposé que les désagréables ravines terreuses qui domine le versant Sud-Ouest. Et enfin la pente s'adoucit pour déboucher à la vielle croix de bois du sommet.

La Tête des Ormans

Le Pas l'Agneau devant la Tête des Ormans. La Montagne d'Aurouze et le Plateau de Bure (Dévoluy, Saint-Julien-en-Beauchêne, Hautes Alpes – 05/10/16)

Le temps clair de ce 05 octobre est à marquer, tellement la vue s'étend loin, sans un nuage, dans toutes les directions. L'atmosphère est seulement voilée d'une légère brume bleutée. Le vent du Nord peut en être remercié, même si là-haut, il glace le corps humide de transpiration. Les chaines sculptées finement, s'étendent jusqu'à la Montagne de Lure et au Mont Ventoux, facile à identifier avec les antennes qui le caractérisent. Le paysage plus familier des montagnes du Diois, du Vercors qui s'étend jusqu'à la cuvette grenobloise dominée par la Chartreuse. Et puis la vue saisissante du Dévoluy avec en tête le Roc de Garnesier, la Tête de Vachère et Le Grand Ferrand. Tout cela devant les Écrins en toile de fond.

Le Col de Plate Contier

Descente au Col de Plate Contier par les pierriers de la Tête des Ormans (Dévoluy, Saint-Julien-en-Beauchêne, Hautes Alpes – 05/10/16)

Pour cette fois, le sommet est partagé avec deux sympathiques randonneurs, montés depuis la Cluse. L'un arrose ses 58 ans. Il m'offre une goulée de la bouteille de rouge montée jusque là – merci. Nous parlons de montagnes et cassons la croûte à l'abri du vent. Partage des desserts : une pomme bio contre quelques pruneaux. Content de la rencontre, la descente s'engage tranquille. Descendu au Col de Plate Contier, il reste à choisir : retour aux Chabottes ou enchaînement par la traversée des cols ? Court ou long à travers de nouveaux paysages ?

Vaches près d'un point d'eau

Des vaches sous le Col du Grand Vallon (Dévoluy, La Cluse, Hautes Alpes – 05/10/16)

Le circuit des cols, commencent par descendre le Col de Plate Contier. Les clarines des vaches toujours en alpage sonnent dans le silence de la montagne. La longue traversée en courbe de niveau, reprend quand même une petite centaine de mètres. Les paysages traversés sont beaux et s'ouvre sur le large paysages des montagnes du Sud. Sous le Col du Grand Vallon, des vaches pataugent dans la boue d'un point d'eau. D'autres qui attendent leur tour, obligent un détour hors sentier par le haut pour ne pas déranger. Les passages de Barbelouve par le point 1823 et de la crête issue de la Tête de la Grangette sont particulièrement attachants.

Avant le Col des Tours

En approche du Col des Tours, couleurs automnales face à la Montagne d'Aurouze et au Plateau de Bure (Dévoluy, Aspres-sur-Buëch, Hautes Alpes – 05/10/16)

Et voilà le Col des Tours, le dernier de la série. Le parcours suit maintenant une piste forestière agréable pour atteindre le point de vue du Roc de Plate Cuche. Mais que les 1,6 kilomètres qui s'enchaînent avec une descente de 1,4 autres semblent longs et fastidieux jusqu'au Torrent de Laup ! L'inexistence d'un chemin qui descendrait directement le Vallon des Chabottes est surprenante. A-t-il existé ? Rien, aucun signe sur le terrain. Après une cabane, et la traversée du Torrent de Laup, la route après son virage est lâchée pour dévaler à gauche un layon forestier. Descendant le versant de la rive droite du torrent, il rejoint rapidement le point de départ.

Documentation et topos

Données topographiques
Données pour le massif

Avertissement !

Certains passages de cet itinéraire de montagne sont escarpés et/ou exposés, il est déconseillé aux enfants non accompagnés et aux personnes sujettes au vertige. Pour votre sécurité, nous vous invitons à respecter les règles suivantes : être bien chaussé, ne pas s'engager par mauvais temps, ne pas s'écarter de l'itinéraire ni des sentiers.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page

Sentiers de pleine nature par Gérard Barré © 2006-2019 Tous droits réservés

Propulsé par Dotclear le contenu de sentier-nature.com est sous licence Creative Commons