Le Recorba, le belvédère

Entre Yenne et Saint Genix sur Guiers, se dresse le Mont Tournier. Modeste sommet (877m), il est pourtant important sur le plan topographique, c'est un point géodésique de première importance.

Ma passion pour ce lieu est la coïncidence de deux hasards. L’incontournable cueillette de champignons du mois de septembre – c’était à l’automne 2003 – et la recherche d’un itinéraire facilement praticable à cheval pour franchir cette imposante barre rocheuse qui domine la vallée du Rhône et donne accès à la traversée des plaines qui pourraient nous conduire à cheval au pied du massif de la Grande Chartreuse.

Documentation et topos
Données topographiques

Surplombant la vallée du Guiers à son confluent avec celle du Rhône, il domine Saint Maurice de Rotherens au Sud , ce petit village typique et sympathique a son auberge incontournable pour le randonneur affamé et au Nord le bois de Glaize (Commune de Loisieux) qui a excité ma curiosité pour quelques années consacrées à des explorations occasionnelles mais systématiques. La présence du musée Galetti satisfera la curiosité des amateurs de l’histoire de la radio – de la TSF (Sauf ceux de l’immense antenne radio de 10 fils de 1 km, surplombant 500 m plus bas la station émettrice).

Pour franchir plus tard à cheval cette imposante barre rocheuse qui domine la vallée du Rhône, je me suis fait déposer en voiture au hameau Les Reys. Par le chemin, j’attaquais alors la reconnaissance de la montée qui devait me permettre de rejoindre le GR9 à environ 555m d'altitude au lieu-dit La Fontaine de Bacchus { 45°40'24.59"N 5°43'6.58"E }. C’est plutôt une piste forestière qui semble régulièrement pratiquée sauf un court passage où un bon nettoyage des rejets qui encombrent le chemin toujours bien tracé sous de nombreuses branches basses serait nécessaire. Ensuite, je devais suivre le GR facile vers le Sud pour rejoindre le Col du Mont Tournier.

Vague trace d'un passage oublié

Important passage pourtant oublié au cœur de l'Avant Pays Savoyard (Loisieux - Bois de Glaize, Avant-Pays Savoyard - 23/09/2006).
{ 45°38'51.27"N 5°42'30.25"E }

Passages oubliés ?

Oubliés ? Parlons en un peu. Depuis Yenne au Nord, le GR9 est commun avec le chemin de Saint Jacques de Compostelle, véritables autoroutes fréquentés par de nombreux vrais grands randonneurs le plus souvent. C’est un peu comme le Tour de l’Oisans (GR54), le Tour du Mont Blanc(TMB) ou le GR20 qui traverse la Corse… Mais le plus souvent, ces pèlerins de grands chemins ne sortent pas le nez de leur topo-guide et s’ils parcourent ici un très bel itinéraire de moyenne montagne, ils n’en perdent pas moins l’opportunité de découvrir des endroits sauvages qui ne manquent pas de charme.

Ce jour là, avec ma vieille 1/25000e pas encore Top25 aux pliures toutes usées j’ai suivi le sentier autoroute rassuré par le balisage surabondant du GR9, du sentier de Saint Jacques et aussi du PDIPR. Le chemin agréable suit la falaise et en approchant du dénivelé qui s’avérera assez raide pour rejoindre le Tournier, une note griffonnée punaisée sur un arbre indiquait le belvédère du Recorba (Rocher des Corbeaux). Il faut dire que le superbe poteau de signalisation du Conseil général n’avait pas résisté au vandalisme. De ce promontoire à quelques dizaines de mètres du sentier, on ressent comme l’impression d’ouvrir la porte de l’avion pour découvrir de ce promontoire rocheux un vaste paysage qui domine le Rhône (voir la galerie de photos de l'Avant Pays Savoyard). Je n’ai pas compté mais il parait que l’on voit 7 départements. En sortant de la forêt, cela fiche un coup, l’occasion de respirer à fond et de ne plus savoir où poser son regard. Après un bon quart d’heure de contemplation, revenant sur mes pas pour reprendre le sentier, je remarquais les restes d’un mur assez imposant de l’autre côté du chemin à travers le bois.

Le mur de l'ancienne maladrerie au bord de la falaise de Recorba

C'est le mur de l'ancienne maladrerie situé à proximité du belvédère de Recorba sur le GR9 qui a exité ma curiosité pour explorer le massif qui s'étend de Yenne jusqu'à Saint Maurice de Rotherens (Loisieux - Bois de Glaize, Avant-Pays Savoyard - 22/09/2006).
{ 45°38'46.41"N 5°42'12.81"E }

Pas de doute, une bâtisse imposante avait donné vie à ce lieu, mais pour quelle raison ? J’apprenais plus tard à l’Office de tourisme de Saint Genix sur Guiers qu’il s’agissait très certainement d’une maladrerie – un mouroir à lépreux. De là à penser qu’on balançait les malheureux dans la falaise et que les charognes attiraient les corbeaux – d’où ce nom de Recorba… Sombre pensée. Je termine cette belle journée par la montée jusqu’au col du Tournier – seulement 170m environ de dénivelé. La pente est soutenue et le sentier souvent raide. Je découvrirai plus tard un autre itinéraire – passage oublié cette fois – qui devrait mieux convenir aux équestres et pédestres lourdement chargés pour de grandes randonnées.

De retour, j'étudiais soigneusement les cartes au 1/25000e. Mon attention fût attirée par le nombre important de chemins tracés sur la carte. Pourquoi tant de chemins ? Étaient-ils toujours pratiqués ou plutôt praticables ? Autant de questions excitaient ma curiosité et j'étais déjà impatient de partir cette fois pour une exploration systématique de ces lieux. D'autres souvenirs, d'autres histoires taquinaient ma curiosité toute excitée par l'idée d'improbables découvertes. D'abord toute cette région était frontière entre la France et la Savoie. Ensuite, Mandrin, le célèbre bandit de grand chemin devait passer par là pour ces longs raids. Il a d'ailleurs été capturé à Rochefort le 11 mai 1755, trahi par une femme jalouse avant d'être conduit en France à Valence pour être jugé, condamné et exécuté. Rochefort est un petit village proche de Saint Maurice de Rotherens.

Il y a certainement une explication à l'existence de tous ces chemins. La région est faite de nombreux plateaux calcaire formant comme d'immenses marches coupées de nombreux et souvent très beaux canyons en miniature qui offrent souvent des cheminements faciles si ce ne sont les ronces et les branches basses qui les envahissent de plus en plus.

Un joli canyon facile à parcourir

Un des nombreux canyons agréable à parcourir. Sans ronces, presque pas encombrés d'arbres déracinés couchés en travers, ce passage important fait exception. (Loisieux - Bois de Glaize, Avant-Pays Savoyard - 19/09/2006).
{ 45°38'50.80"N 5°42'42.66"E }

Certainement que l'endroit laissé maintenant à l'abandon n'était pas boisé. Il pouvait offrir des pâturages aux barrières naturelles, mais l'absence de traces de muret et celle de ruines d'habitations ne favorisent pas cette hypothèse. On en trouve seulement deux, la Grange des Rochettes qui est en ruine et la Grange de la Combe, propriété privée qui présente un étang surprenant dans ce paysage calcaire. Tout cela ne justifie pas d'une importante activité d'élevage ou de production de fourrage, quoique le nom Grange donné à ces deux habitations pourrait le justifier. À proximité, la chapelle Saint Martin construite dans une vaste clairière d'herbe appétissante – si j'ose le dire – est à noter. Le bois de Glaize fait partie des terrains communaux de Loisieux qui aujourd'hui attribue des coupes de bois à qui veut bien s'en occuper. Mais cela doit faire bien longtemps que ce massif n'a pas été vraiment exploité, seuls quelques endroits ont fait l'objet de coupes récentes.

L'étang de la Grange de la Combe

L'étang de la Grange de la Combe, surprenant plan d'eau dans ce massif calcaire. (Loisieux - Bois de Glaize, Avant-Pays Savoyard - 19/09/2006).
{ 45°38'59.71"N 5°42'57.46"E }

Alors pourquoi tout ces chemins ?

Documentation et topos

Haut de page

Sentiers de pleine nature par Gérard Barré © 2006-2019 Tous droits réservés

Propulsé par Dotclear le contenu de sentier-nature.com est sous licence Creative Commons