Les Farnets, la ruine depuis Les Malods – Traize

Cette balade facile est d'abord intéressante pour les panoramas qu'elle permettra de contempler sur la Dent du Chat, sur la vallée du Rhône et le bassin de Belley. Ensuite, elle permet de traverser deux lieux où le maquis de Traize a marqué l'histoire de la résistance depuis 1943. Par ailleurs comme pour satisfaire les amateurs de topographie, bien que balisé le chemin n'est pas facile à suivre avant d'arriver à proximité de la ruine de La Carterie – là encore la 1/25000e IGN est fausse en apparence tout au moins, car je n'ai pas vérifié l'existence du tracé tel qu'il est représenté sur la carte. Quelques waypoint pour préciser la route à suivre sont fournis aux amateurs de navigation GPS ou d'utilisation de la boussole traditionnelle dans les données topographiques fournies aussi pour la traversée de la prairie des Farnets si d'aucun était surpris par le brouillard…

Documentation et topos
Données topographiques

À l'entrée du hameau des Malods (commune de Traize), juste après avoir traversé le pont su

Peu après avoir laissé sur la gauche l'épave d'une voiture rouillée et dépouillée de presque toute sa mécanique, de ses sièges, etc. le chemin débouchr le ruisseau de Malacôte, il y sur la droite la place de garer une ou deux voitures. De là, après avoir traversé le hameau, on atteindra une première bifurcation au niveau du lieu-dit les Collets par la piste qui monte par quelques lacets à travers les prairies. Nous emprunterons le chemin de droite qui va monter quasiment plein Nord pour rester en courbe de niveau toujours dans la même direction jusqu'à un brusque lacets à droite qui nous entraîne dans une descente orientée à l'Est. À une cinquantaine de mètres seulement une trace de sentier part vers la gauche, c'est elle que l'on suivra pour redescendre à travers les Teppes jusqu'à la prairie en bas de laquelle on retrouvera le bon chemin de la Carterie.

e dans une vaste clairière découpée en pré à vaches. Les ruines de la Carterie sont sur la droite et une plaque commémorative des évènements de 1943 est à terre adossée à un rocher parmi de hautes herbes, le tout entouré de modestes barres de bois pour le protéger des vaches probablement. Le texte gravé incite à la méditation sur cette époque révolue certes, mais toujours présente à nos esprits ne serait-ce que par la répétition sans fin d'évènements comparables à travers la Planète en ce début de XXIe siècle quel qu'en soient les protagonistes : "Dans cette bâtisse brûlée par les nazis le 29 janvier 1944 vécurent une trentaine de maquisards Français réfractaires au STO, souviens toi, la liberté se mérite".

 

Ruines de la Carterie - Yenne, Savoie

Parmi les ruines de la Carterie (La Carterie, Yenne, Avant Pays Savoyard - 12/10/2006)

Reprenons notre chemin qui monte au Nord-Ouest et qui est maintenant balisé de traits verts pour déboucher vers 590m d'altitude dans la prairie des Farnets que l'on traversera en direction Nord-Nord-Est. Ce joli coin de paysage abritait la grange des Farnets que l'on trouvera sur sa droite et dont il ne reste que quatre pans de murs en ruine et là encore une plaque commémorative de la fondation du maquis de Traize. Le texte dit : "Dans cette grange fût fondé en 1943 le maquis, composé de 14 Slovènes enrôlés de forces et déserteurs de l'armée Allemande et de leur chef Henri Maître alias Émile. Suite a une dénonciation, elle fût brûlée par les nazis le 29 janvier 1944 au cours d'une expédition punitive. Par mesure de sécurité les 14 maquisards Slovènes avaient été transférés sans les maquis de l'Ain fin décembre 1943. Le pire malheur pour un peuple, abandonner sa liberté. Passant souviens toi. Suit la liste des noms…"

La grange des Farnets - Yenne, Savoie

Ruines de la grange des Farnets et sa plaque commémorative des évènements des année 40 (Les Farnets, Yenne, Avant Pays Savoyard - 30/09/2006)

Vous avez trouvé la sortie de la prairie ? Au début de l'automne, il n'y a qu'à suivre les traces laissées dans l'herbe par les voitures des chasseurs – je pense – mais au printemps, dans l'herbe non foulée, c'est une autre histoire. Le chemin descend maintenant pour rattraper le GR9 – chemin de Saint Jacques de Compostelle – aux ruines d'une maison dit du Cornu. La situation de cette ruine sans date est curieuse, là au bord de l'à pic sur la vallée du Rhône, lieu dit l'Infernal à cet endroit, l'enfer ? Encore des questions !

Ruines de la maison du Cornu - Yenne, Savoie

Entrée principale des ruines de la maison du Cornu au bord de l'Infernal (L'Infernal, Yenne, Avant Pays Savoyard - 30/09/2006)

De là, nous parcourrons vers le Sud sans aucune difficulté la section du GR9 qui surplombera la vallée du Rhône jusqu'au abords du Mont Tournier. À un peu moins de trois cent mètres de là, les raides pentes boisées se dénudent dans un passage plus étroit du chemin pour permettre la découverte d'un vaste paysage qui s'étend des plaines du Nord du département de l'Isère jusqu'au Grand Colombier dans l'Ain.

Le hameau de Bovinel dans la vallée du Rhône - Yenne, Savoie

Le hameau de Bovinel dans la vallée du Rhône vu depuis le point de vue sur le GR9 (L'Infernal, Yenne, Avant Pays Savoyard - 30/09/2006)

Arrivé au Puits de Bacchus, nous reprendrons vers l'Est la direction des Malods pour redescendre vers notre point de départ.

Au cours de cette petite randonnée nous avons pu visiter deux hauts lieux de la résistance en cette région de Yenne. Mais il est à noter qu'au hameau de Charosse une plaque commémore aussi ces évènements. Il y est écrit : "En hommage aux habitants des communes de Traize et de Yenne qui par leur conduite clandestine courageuse pendant l'occupation Allemande permirent à des dizaines de maquisards vivant dans ces bois d'être ravitaillés. Par leur conduite, ils participèrent à la renaissance de la mère Patrie. La démocratie se mérite en la défendant contre la tyrannie. Passant souviens toi."

Documentation et topos

Haut de page

Sentiers de pleine nature par Gérard Barré © 2006-2019 Tous droits réservés

Propulsé par Dotclear le contenu de sentier-nature.com est sous licence Creative Commons