Le Plateau du Cornafion 1906 m

Du sommet du Roc de Cornafion, j'avais remarqué ce plateau herbeux imaginant l'ambiance de falaises qui devait y règner. Cela suffisait pour motiver cette sortie sauvage pourtant peu éloignée de Villard de Lans. Le topo d'Antoine Salvi servant de fil d'Ariane, je quittais la Conversaria en direction de la cabane de Roybon de bon matin pour ne pas souffrir de la chaleur et monter la raide croupe à l'ombre des falaises.

Documentation et topos
Données topographiques
Avertissement

Attention ! Ce carnet de randonnée suit la description originale du topo d'Antoine Salvi qui a été modifié le 12/09/07. Pour mettre à jour votre documentation sur ce parcours, il est recommandé de lire Plateau du Cornafion, variante recommandée. Par souci de cohérence, le carnet n'a pas été modifié.

Départ : 36 km de Grenoble. A Villard-de-Lans, s'élever à l'Est en direction des Cochettes, puis de la Conversaria, où l'on stationne près de la maison de vacances (1175 m).

La cabanne de Roybon

C'est à proximité de la Cabane de Roybon que l'on peut découvrir la formidable paroi du Roc Cornafion (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 31/07/2007)

Revenir un peu en arrière pour s'engager à gauche sur une piste. Elle rejoint bientôt celle qui monte du virage inférieur de la route. Elle traverse un long plateau herbeux (les Plâtres) où gisent quelques blocs rocheux. Laissant à droite une baraque puis la belle fontaine Magdalen, il va rejoindre plus haut le sentier du GR 91. Pénétrant dans les bois, il en ressurgit auprès du refuge de Roybon.

Dans la fraicheur matinale bien marquée – 7h00, 5° à Villard – du dernier jour du mois de Juillet, marcher d'un bon pas réchauffe sur les belles pistes caractéristiques de cette région du Vercors Nord. À travers forêts et prairies, la progression est rapide. Entre les arbres au détour du chemin, des pans de falaises se laissent apercevoir. Mais, ce n'est qu'à proximité de la Cabane de Roybon que l'on peut découvrir la formidable paroi du Roc Cornafion qui semble plus rude dans la lumière bleutée de l'ombre d'un petit matin.

Laissant à gauche le sentier Gobert et à droite la fontaine, s'élever sur le sentier à la lisière des bois. Plus haut, celui-ci tire à gauche pour couper à travers les derniers arbres. Au-delà, dans son premier lacet, le laisser et poursuivre dans une pente raide de roches et d'herbes. S'élever en écharpe an Nord pour aboutir au-dessus d'un collet boisé.

Au pied de la croupe raide qui mène au Plateau du Cornafion

La trace se faufile astucieusement parmi les blocs d'un pierrier géant (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 31/07/2007)

C'est parti ! En quittant le sentier du Col Vert pas encore fréquenté, visant le Collet – point coté 1673m – du topo, je fais le sanglier dans une végétation haute et drue. Pas de trace ! Mais la progression facile suit une orientation évidente. À l'approche du Collet, une trace apparait celle de vaches dont j'entends déjà les clarines sur l'autre versant. Plus précise pour descendre, la trace disparait en débouchant sur le plateau. Curieuses, peut-être désespérées de tant d'indélicatesse, les vaches m'observent piétiner leur repas.

Redescendre à ce collet dans les arbres et plonger dans le versant Nord pour couper très vite un plateau de hautes herbes et remonter en face. Des traces plus ou moins constantes mènent à gauche pour atteindre la raide croupe Sud montant jusqu'au plateau.

Le Col Vert et dans l'enfilade de crêtes, le Ranc des Agnelons

Le Col Vert et dans l'enfilade de crêtes, le Ranc des Agnelons suivi au Sud par les bien connues arêtes du Gerbier (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 31/07/2007)

Plusieurs passages se dessinent propices à l'attaque de la raide grimpette qui s'annonce pour gravir la croupe évidente de l'itinéraire. C'est dans mon axe de descente que se dessine comme un ancien passage. L'herbe est foulée, je m'engage sur la vague trace. Elle se faufile astucieusement parmi les blocs d'un pierrier géant. Une marmotte lance l'alerte. L'écho sur la falaise renvoie son cri.

Les pentes raides offrent au moins l'avantage d'une ascension rapide… La vue très dégagée sur un vaste paysage, permet de reprendre son souffle sans ennui. Le regard se balade de falaises en crêtes et en vallons jusqu'à la Grande Moucherolle et au delà au Sud sur les Hauts Plateaux. La cabane de Roybon est facilement identifiable, puis plus près la combe et la fontaine de Pissevache – quel joli toponyme quand on y pense.

Une cabane improbable sur la carte se distingue dans la prairie boisée. Cela permet d'imaginer une autre approche du pied de la croupe qui conduit au plateau. Peut-être plus aisée que par le collet, plus logique en tous cas. Sur la 1/25000e, en partant de la source captée, un sentier traverse la prairie de la cabane de Roybon puis dans le bois va couper le sentier Gobert pour s'orienter presque au Nord pour gagner les environs de la Fontaine de Pissevache. Orienté à l'Est un talweg permettrait alors d'accéder au pied de la croupe. Le passage y est probablement marqué pas les vaches qui y auront laissé une bonne trace – c'est moins glorieux que de suivre celles des chamois, mais bon !

Paroi Ouest du Roc Cornafion

La douceur paisible du Plateau du Cornafion tranche avec la rudesse du pilier Ouest du Cornafion (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 31/07/2007)

En même temps que le soleil, je débouche sur le plateau. Un troupeau de mouton chôme au pied du pilier Ouest du Roc du Cornafion, de l'eau semble ruisseler sur les rochers à l'extrémité du Col formé par le Plateau et le Roc éponyme. D'ici, l'environnement de falaises est superbe et en faisant le tour du plateau, c'est sur 180° que le regard peut parcourir l'ensemble du plateau du Vercors, du Nord au Sud.

Arête Nord du Roc Cornafion

Les pierriers supérieurs de la combe de Chaulange sous l'arête Nord du Cornafion – les Rochers de l'Ours (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 31/07/2007)

Traverser le plateau et descendre au Nord sur une petite sente. Elle revient au-dessus d'une petite ceinture rocheuse dominant la combe. Faisant jonction avec le haut du pierrier, descendre alors sa rive gauche, et le contourner dans le bas pour trouver le fond de la combe au pied des pentes pierreuses de son flanc droit. Une sente assez nette la dévale. Vers la fin des pierriers de droite, virer à gauche pour rejoindre le vallon. La sente tombe sur le sentier Gobert.

M'engageant dans la descente, je ne tombe pas sur la sente du topo. Mais l'itinéraire est évident en direction du pierrier inférieur sous l'arête Nord du Cornafion. Pour mieux m'imprégner du caractère des pentes que je descends tranquillement attentif à mon environnement, je suis cette fois des traces de chamois vers le pied de la falaise pour revenir au dessus de la ceinture rocheuse du topo. Deux petits cairns marquent les passages dans la descente sur le bord du pierrier en rive gauche. Arrivé dans ses alentours, je cherche la Fontaine du Chaulange, mais je ne trouverais qu'une petite mare au fond d'un petit talweg que je remonte vers un rocher d'où pourrait couler la source – mais non, rien de convaincant. Sur la droite quelques chamois sont là, tranquilles. Ils m'ont vu, disparaissent derrière la crête d'une croupe. Je marche dans leur direction, ils ont disparu. Par une trace dans le pierrier en rive droite de la combe du Chaulange, je rattrape le chemin au fond de la dépression pour croiser le sentier Gobert, encombré de promeneurs qui n'en finissent pas de bavarder bruyamment… La descente vers les Espinasses avant de revenir sur la Conversaria est reposante. Je casse la croute à l'ombre agréable de quelques vergnes à l'écart du passage.

Une vingtaine de mètres à droite, un autre poursuit dans la combe en dessous. La quittant, il file à gauche dans les bois puis dévale directement pour sortir dans les prairies où il trouve une route pastorale. Elle ramène à la route qui rejoint à gauche le point de départ.

Documentation et topos

Ce carnet de randonnée inclut le texte de la description originale d'Antoine Salvi revue et corrigée pour tenir compte des changements imposés par le temps depuis les années 1980. Des balisages ont disparu, d'autres ont été renforcés, voire surchargés. Des chemins ont été créés ou des tracés existants améliorés, d'autres ont disparu. La végétation s'est aussi développée envahissant parfois certaines prairies qu'il était alors facile de traverser. Pour faciliter la lecture, une police de caractère et une couleur différente sont attribué aux textes d'Antoine Salvi. Pour compléter cette documentation, la description de l'itinéraire d'Antoine Salvi mise à jour peut être téléchargée au format PDF d'Adobe.

L'itinéraire [Plateau du Cornafion 1906m] est disponible au format de fichier PDF.
Pour l'ouvrir, l'enregistrer sur votre disque dur et l'imprimer, le logiciel gratuit Adobe™ Reader® doit être installé sur votre machine. Si ce n'est pas le cas, vous pourrez le télécharger gratuitement.

Randonnées dans le Vercors Nord, Itinéraire n°48 par Antoine Salvi.

La vidéo d'Antoine

Plateau Cornafion 1906 m - Vercors (18/08/07)
Une vidéo réalisée par Antoine Salvi

Lire aussi le guide Le Vercors, Spécial balades et randonnées par Olivier Petit aux Éditions Les Guides Goursau.

Avertissement !

Certains passages de cet itinéraire de montagne sont escarpés et/ou exposés, il est déconseillé aux enfants non accompagnés et aux personnes sujettes au vertige.

Pour votre sécurité, nous vous invitons à respecter les règles suivantes : être bien chaussé, ne pas s'engager par mauvais temps, ne pas s'écarter de l'itinéraire ni des sentiers.

Haut de page

Sentiers de pleine nature par Gérard Barré © 2006-2019 Tous droits réservés

Propulsé par Dotclear le contenu de sentier-nature.com est sous licence Creative Commons