Les Rochers de l'Ours et la Crête des Crocs, traversée depuis la Conversaria – Villard-de-Lans

Dominant Vif et la vallée du Drac, cette grande randonnée peu fréquentée emprunte de superbes crêtes aériennes avant de descendre hors sentier à travers des pentes très raides dans lesquelles chacun pourra dessiner sa trace. De la Conversaria – lieu-dit à l'Est de Villard de Lans – en rive droite de la Combe Chaulange, l'itinéraire monte jusqu'à la cime des Rochers de l'Ours pour traverser, en passant par la Pierre Vivari, l'arête qui permet de grimper après le franchissement d'un passage exposé le sommet de la Crête des Crocs. Ce parcours d'altitude offre de magnifiques vues dans toutes les directions.

Documentation et topos
Données topographiques
Avertissement

"Pour les moins entraînés, l'aller-retour des Rochers de l'Ours constituera déjà un bon objectif" recommande Antoine Salvi. À Villard-de-Lans, suivre les panneaux pour les Cochettes, le Col de l'Arc, puis la Conversaria. Une centaine de mètres après la maison de vacances, on pourra stationner dans l'angle de la route au départ d'un chemin au dessus de la ferme des Espinasses (1180m).

Plateau du Cornafion et falaises des Rochers de l'Ours

Le pierrier supérieur de la Combe Chaulange dominé par les Rochers de l'Ours jusqu'au Plateau du Cornafion (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 24/09/07)

Ce chemin pastoral (pancartes) s'élève à l'Est. Peu après son virage au Nord-Est, se présente à droite, une piste herbeuse. Elle remonte les champs en direction d'une trouée entre les arbres. Au-dessus, elle oblique à gauche, se muant en sentier qui s'enfonce dans les bois. Il aboutit dans la Combe de Chaulange qu'il gravit jusqu'à la jonction avec le sentier Gobert.

Suivre ce dernier à gauche. Après un court lacet pour sortir de la combe, devant un bois de mélèzes, saisir à droite une sente dans l'herbe. Elle gravit la pente herbeuse en dominant continuellement le bord de la combe.

Il est tôt, la nuit tarde à se dissiper dans la pâle lueur du jour sous un ciel couvert. Parti de bonne heure, la montagne est silencieuse. De la crête rocheuse qui borde la Combe Chaulange, un chamois m'observe longtemps. Il disparaît quand j'atteins le sentier Gobert. Après avoir franchi le double lacet, la sente à suivre est bien visible avant le bois de mélèzes, comme prévu. Quelques pierres en désordre ne constituent pas encore un cairn. Je tente un empilage à la stabilité incertaine avant d'attaquer la montée de la croupe. Raide par endroit, la sente est bien tracée jusqu'à 1900m. Au bord de la combe Chaulange, observant les pentes sous le Plateau du Cornafion, je peux suivre du regard un itinéraire remarqué sur les photos aériennes du Géoportail de l'IGN. La trace monte à travers un large talweg entre les points cotés 1741m et 1855m visant le point 1836m avant d'atteindre le sommet du plateau.

La Crêtes des Crocs et la Pierre Vivari

En montant l'échine sous les Rochers de l'Ours, les très raides pentes de la Crête des Crocs s'imposent dans le paysage. Sur l'arête de la dépression, la curieuse Pierre Vivari domine la Combe Noire (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 24/09/07)

Les raides pentes de la Crête des Crocs et l'arête de la dépression sur laquelle est posée le curieuse Pierre Vivari se présentent maintenant au regard. Dominant la sévère Combe Noire, la vue est impressionnante. J'essaie de comparer la raideur de la pente dans laquelle je poursuis l'ascension avec celle qu'il faudra descendre tout à l'heure – aucun doute, elle est plus raide… Un soupçon d'appréhension m'envahit. La faiblesse dans la barre rocheuse qu'il faudra franchir est aussi bien dessinée. L'itinéraire devient évident et je me rassure en pensant à la possibilité d'échapper aux difficultés annoncées dans le topo par une descente facile à priori depuis la Pierre Vivari pour rejoindre le Sentier des Deux Cols déjà parcouru.

Contournant la base d'une falaise (grotte une centaine de mètres à droite), des traces marquées par quelques cairns prolongent la sente. Grimper la pente mi-herbeuse, mi-rocheuse, qui se raidit, en tirant légèrement à gauche au début puis en revenant à droite au-dessus pour atteindre la cime.

La sente, qui n'est plus qu'une vague trace marquée de quelques cairns, m'entraîne vers la gauche. Plus de trace, alors je monte droit vers la crête par une succession de passages faciles mais raides qui apparaissent logiques. J'ai dû traverser trop à gauche, mais bientôt je peux tirer à droite pour atteindre le sommet par de douces pentes herbeuses occupées récemment par les moutons. Inhabituelle, la vue sur le Roc Cornafion est surprenante alors qu'il s'impose dans l'enfilade de crêtes qui se dessinent vers le Sud, le Col Vert, le Ranc des Agnelon, le Gerbier et enfin la Grande Moucherolle.

Versant Ouest du Roc du Cornafion

Du sommet des Rochers de l'Ours, le versant Ouest du Roc du Cornafion dans lequel est tracé le sentier de la voie normale (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 24/09/07)

Suivre l'arête descendante au Nord. Dans une courte partie plus effilée, la contourner dans le raide flanc Ouest. Parvenu au collet, attaquer l'arête Sud de la crête des Crocs. Passer au-dessus du gros bloc rocheux de la Pierre Vivari, puis à gauche d'un ressaut d'où, en légère descente dans la pente raide, on vise le point faible d'une barre rocheuse (pastillé de rouge à gauche d'un bloc rocheux jaunâtre fraîchement éboulé). Celle-ci surmontée, atteindre rapidement la cime de la crête des Crocs.

Descendre la crête herbeuse facile, face à la longue Crête des Crocs, est une satisfaction plaisante. Et plus loin, au delà du Col de l'Arc, la saillie du Pic Saint-Michel se distingue dans le paysage. Curieux de voir la Pierre Vivari, je ne suis pas déçu à son approche. Son profil caractéristique fait croire qu'elle a été oubliée là. Le replat aménagé pour un bivouac de fortune sous le toit naturel qu'elle présente au Sud-Est, attire mon attention.

La Pierre Vivari

Parfois orthographiée Pierre Virari, la pierre qui vire est l'hypothèse toponymique souvent retenue par les spécialistes. En arrière plan, le premier ressaut de la crête des Crocs (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 24/09/07)

Une fois la pierre dépassée, impatient de me retourner, je découvre le profil plus classique de la Pierre Vivari face à la crête des Rochers de l'Ours que je viens de descendre.

Pierre Vivari, arête Nord des Rochers de l'Ours

Du Nord, la Pierre Vivari face à l'arête Nord des Rochers de l'Ours (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 24/09/07)

Arrivé au pied du passage décrit comme exposé dans le topo, j'évalue la difficulté. En faisant attention aux pièges de mauvaises prises du rocher délité, le passage n'est cependant pas difficile mais au-dessus d'un à pic bien présent. Je suis tenté de monter pour échapper au vide, mais il faut poursuivre la traversée avant de monter droit dans la pente sous le sommet. Sans les bâtons rangés sur le sac à dos pour franchir la difficulté, j'ai du mal à me redresser dans la pente raide… Raideur, évidemment, mais aussi appréhension.

Le passage exposé dans le point faible de la barre rocheuse, à gauche d'un bloc rocheux jaunâtre fraîchement éboulé, donne accès au sommet de la Crête des Crocs (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 24/09/07)

De là, quitter l'arête, et plonger dans le flanc vertigineux de la montagne en tirant à droite. Utiliser les vires et couloirs les plus propices afin d'atteindre vers 1780 m une sente. Cairns, vieilles pastilles rouge-orangé, traits rouges facilitent l'orientation. Cette sente va contourner la base de la falaise Nord pour plonger dans le vallon.

Songeur, je m'engage dans la pente. J'ai l'impression de ne pas être allé au vrai sommet de la crête des Crocs, malgré les cairns et le muret en cercle d'un petit abri précaire – poste d'observation des vires qu'il domine pour les chasseurs de chamois ? De là, on voit bien vers le Nord la crête qui, après une dépression, se poursuit par une barre rocheuse. Le sommet ne serait pas le point haut de cette barre ? Situé à 150 m environ, ce serait le point coté 2005m sur la carte.

Des cairns, j'ai plongé au jugé en tirant à droite, pour rattraper un large pierrier instable et le descendre jusque vers 1870 m où j'ai rattrapé une trace qui retrouvera la sente qui traverse le pierrier du Col de l'Arc [ UTM 31 0705124 4994727 ]. Une marque de peinture rouge me rassure et je constate aussi que la trace poursuit son ascension vers le Sud – Google Earth permettra de vérifier son existence jusqu'à un point presque à l'aplomb du sommet [ UTM 31 0705105 4994567 ] à 1890m. Faite au retour, cette observation permettra d'envisager de tenter la descente en suivant l'alignement de la barre rocheuse franchie à la montée pour atteindre ce point.

Sente sous la Crête des Crocs

Passage en vire de la sente balisée de rouge et d'orange qui va contourner la base de la falaise Nord de la Crête des Crocs (Vercors Nord, Villard de Lans, Isère 24/09/07)

Elle va rejoindre normalement le sentier qui descend du Col de l'Arc. Mais au bout de cent mètres, l'abandonner pour plonger à gauche dans le pierrier. Passer près de la fontaine du Berger, et atteindre, en dessous, une croupe herbeuse et boisée. Une sente bien visible parcourt son échine descendante et amène juste au-dessus du carrefour Gobert - Allières - Arc (pancartes).

Pour rattraper la croupe, j'ai dépassé la Fontaine du Berger d'une centaine de mètres – soit environ 200 mètres après avoir tourné à l'Est au lieu des 100 mètres du topo… Mais rejointe sans difficultés, la croupe herbeuse et boisée permet une descente agréable dans un bel environnement de falaises – bien mieux que la descente du sentier du Col de l'Arc.

Dévaler la pente. Côtoyant des bassins, le sentier oblique à gauche (Sud), coupe une belle prairie plate, laisse à gauche la fontaine de Machiret et se transforme en piste, laquelle ramène à la route.

L'esprit serein, satisfait de la réussite de cette belle randonnée, je retrouve rapidement la voiture en me rappelant d'être vigilant dans la traversée de Sassenage… Les yeux fixés sur le compteur, je ne dépasserai par 50km/h sur l'Avenue de Valence – mauvais souvenir du retour de la reconnaissance au Plateau du Cornafion.

Documentation et topos

Ce carnet de randonnée inclut le texte de la description originale d'Antoine Salvi revue et corrigée pour tenir compte des changements imposés par le temps depuis les années 1980. Des balisages ont disparu, d'autres ont été renforcés, voire surchargés. Des chemins ont été créés ou des tracés existants améliorés, d'autres ont disparu. La végétation s'est aussi développée envahissant parfois certaines prairies qu'il était alors facile de traverser. Pour faciliter la lecture, une police de caractère et une couleur différente sont attribuées aux textes d'Antoine Salvi. Pour compléter cette documentation, la description de l'itinéraire d'Antoine Salvi mise à jour peut être téléchargée au format PDF d'Adobe.

L'itinéraire [Traversée des Rochers de l'Ours et de la Crête des Crocs] est disponible au format de fichier PDF.
Pour l'ouvrir, l'enregistrer sur votre disque dur et l'imprimer, le logiciel gratuit Adobe™ Reader® doit être installé sur votre machine. Si ce n'est pas le cas, vous pourrez le télécharger gratuitement.

Randonnées dans le Vercors Nord, Itinéraire n°49 par Antoine Salvi.

La vidéo d'Antoine

Rochers de l'Ours et des Crocs - Vercors (13/09/07)
Une vidéo réalisée par Antoine Salvi

Avertissement !

Certains passages de cet itinéraire de montagne sont escarpés et/ou exposés, il est déconseillé aux enfants non accompagnés et aux personnes sujettes au vertige.

Pour votre sécurité, nous vous invitons à respecter les règles suivantes : être bien chaussé, ne pas s'engager par mauvais temps, ne pas s'écarter de l'itinéraire ni des sentiers. Pour assurer les moins expérimentés, une corde d'une vingtaine de mètres peut être utile. Il apparaît souhaitable de réaliser cette course par temps sec.

Haut de page

Sentiers de pleine nature par Gérard Barré © 2006-2019 Tous droits réservés

Propulsé par Dotclear le contenu de sentier-nature.com est sous licence Creative Commons