Pierre-Chatel, Fort-les-Bancs et la Montagne de Parves

Par l'ancien tracé du GR59, bloqué par une barrière métallique solidement cadenassée, infranchissable pour des équidés, j'avais dû renoncer à traverser le superbe site de Pierre-Chatel avec mes chevaux. C'était en 1985 et depuis, j'avais envie de visiter les propriétés privées de l'ancienne Chartreuse de Pierre-Chatel et du Fort-les-Bancs qui est resté longtemps ouvert à tous les vents. Ce n'est plus le cas et aujourd'hui, il faut se satisfaire de la visite des fossés et remparts. Alors vous aussi, soyez discrets et respectueux. Un itinéraire en boucle depuis Virignin et sa variante depuis Nant, la traversée sous le Mont Chevreaux par l'ancien champ de tir, l'accès à la crête de la Montagne de Parves sont proposés dans ce billet.

Documentation et topos
Données topographiques

Depuis Virignin, Fort-les-Bancs

Le projet initial prévoyait de commencer la randonnée depuis la route d'accès à l'ancienne Chartreuse de Pierre-Chatel pour suivre le tracé du GR59. Mais avec Patrick, nous avons renoncé devant l'impossibilité de stationner la voiture [ 31T 0711242 5065930 ] pour nous résoudre à commencer le parcours par la rude montée sous le Bois de Jean Rolland. La voiture a été garée sans difficulté dans une bifurcation après le hameau de la Saume [ 31T 0711352 5066865 ].

D'abord tranquille, l'itinéraire suit un chemin d'exploitation que l'on quitte bientôt pour prendre un raide sentier à gauche. Quelle montée ! Pas le temps de s'échauffer pour attaquer – 80m de dénivelé très soutenus – mais la pente devient raisonnable après avoir rattrapé le GR59. Arrivé sous la ligne à haute tension, un lacet ramène en direction du Sud pour une longue traversée agréable à travers les buis qui conduit jusqu'à la piste d'accès au Fort-les-Bancs par le fossé Nord-Ouest [ 31T 0711804 5066066 ].

Entrée principale de Fort-les-Bancs

Fort-les-Bancs a été édifié en couverture du fort de Pierre-Chatel. Sa construction débutée en 1840 fut achevée en 1849, le fort fut inauguré en 1850. Il n'eut jamais à combattre, le Conseil supérieur de la Guerre décida de le déclasser le 3 décembre 1888 – voir l'article de l'association du Fort de Litroz. Portail restauré de l'entrée principale du fort (Bugey Sud, Virignin, Ain - 24/04/2008)

Espérant encore une visite de la fortification, nous partons vers le fort pour un aller et retour. Le chemin traverse des glacis desquels le profil du fort se dessine sur le ciel à travers les arbres. Arrivé au pont sur le profond fossé, les portes métalliques grandes ouvertes du tunnel sous le rempart, permettent de poursuivre l'ascension par les lacets de la route privée qui conduit à l'entrée principale du fort – restaurée, la porte cochère fermée interdit la visite. Demi-tour ! Le nom de Fort-les-Bancs vient des strates horizontales de calcaire du massif qui forment de gigantesques bancs de pierres. Longtemps laissé à l'abandon, ouvert à tous les vents, c'est aujourd'hui une propriété privée dont l'accès paraît bien protégé. L'endroit semble être à l'usage de centres de loisirs – à vérifier. Mais pourquoi cette mise en garde menaçante Tir à balles ?

Sortie d'un tunnel de Fort-les-Bancs, Virignin, Ain

Sortie du tunnel d'accès percé à travers le rempart du fossé Nord-Ouest (Bugey Sud, Virignin, Ain - 24/04/2008)

Laissant à gauche le sentier de la montée, un nouveau lacet revient vers le Sud pour traverser vers le Sud-Est au dessus du fort. Un bon sentier non mentionné sur IGN file vers le Nord par un passage encaissé nommé Passe du Heaume Grimaçant, comme le précise une pancarte de bois. Supposant que ce sentier conduise par l'ancien champ de tir, il fera l'objet d'une prochaine reconnaissance [ 31T 0711893 5066135 ].

Rempart de Fort les Bancs, Virignin, Ain

Détail d'une belle architecture militaire de pierres taillées sur les remparts de Fort-les-Bancs (Bugey Sud, Virignin, Ain - 24/04/2008)

Des traces conduisent vers les fossés et les remparts qu'il ne faudra pas manquer de visiter. Le parcours offre de magnifiques points de vue sur le défilé, la vallée du Rhône jusqu'à Yenne, les Monts du Chat et évidemment le promontoire sur lequel on admirera la Chartreuse de Pierre-Chatel édifiée sur l'ancien fort. On appréciera aussi de nombreux chefs-d'oeuvre de l'architecture militaire du 19ème siècle. Le fichier GPX de la randonnée contient la trace de notre visite – un court passage d'escalade permet de rejoindre le GR59.

Avertissement : Le bord à pic des profonds fossés n'est pas protégé. Prenez garde, surveillez vos enfants.

Le rocher de Pierre-Chatel qui domine le Rhône, fut d'abord occupé par un fort avant d'être offert à l'ordre des Chartreux en 1383. Ceux-ci aménagèrent l'endroit et y vécurent quatre siècles, avant d'en être chassés par la Révolution française en 1791. Le lieu subit alors des vicissitudes diverses et c'est dans un état d'abandon avancé qu'il fut acquis en 1930 par Madame Zappa, qui consacra dès lors toute son énergie à le remettre en état, tâche poursuivie aujourd'hui par sa fille et son petit-fils (Bugey Sud, Virignin, Ain - 24/04/2008)

Sans difficulté, arrivés bientôt à Nant pour parcourir 1,35 kilomètre de petites routes goudronnées en direction de Parves, nous atteignons le Rocheret et sa vaste carrière en exploitation. Pour rejoindre le collet qui permet de franchir la crête de la Montagne de Parves, traverser le vaste chantier est inévitable. Toute cette section de l'itinéraire est pour des raisons évidente interdite au public – alors prudence. Le tracé IGN n'existe plus mais, le GPS affiche le bon tracé pour rattraper le chemin au dessus de la Molarde [ 31T 0712657 5068008 ].

La carrière de Rocheret sous la Montagne de Parves (Bugey Sud, Virignin, Ain - 24/04/2008)

La montée se poursuit par un bon chemin d'exploitation. Mais il ne faut pas manquer la bifurcation marquée d'un panneau indiquant la direction de Virignin pour prendre à gauche celui qui conduit jusqu'à la crête [ 31T 0712385 5068355 ] et permet de changer de versant. Ne cherchez pas le point de vue mis en valeur sur IGN ! Il n'existe plus. Un bon sentier mène vers le Nord jusqu'à l'ancienne aire de décollage de parapente [ 31T 0712263 5068519 ] dont il ne reste que quelques planches de la rampe de décollage effondrée. Avant d'atteindre le beau point de vue, on aura pu remarquer à droite le sentier qui monte droit du chemin de Parves. Dans le paysage dégagé, la vue s'étend du Mont Tournier facilement identifiable en rive gauche du Rhône à tous les sommets au Sud du Bas Bugey : Mont Gela, Grand-Thur, Montagne de Saint-Benoit et Tête de la Graye, Le Tentanet, le Mollard de Don, la Grande Montagne de Virieu, etc.

Sur la crête de la Montagne de Parves

La petite ville de Belley s'étend au-delà du canal de dérivation du Rhône (Bas Bugey, Virignin, Ain - 26/04/2008)

Dans le flanc Ouest de la Montagne de Parves, la descente est longue jusqu'à rejoindre la D107 de Belley à Parves. On remarquera de belles roches gravées d'une croix qui marquent la limite des parcelles d'exploitation forestière. Arrivés sur la route pour la descendre sur une centaine de mètres, il ne faut pas rater le petit raccourci, raidillon dans un court passage, qui coupe la longue épingle à cheveux de la route départementale.

Le Cric, lieu-dit de Virignin, Ain

Le Cric, lieu-dit de Virignin, est une belle propriété isolée dans un lieu paisible loin de la civilisation (Bugey Sud, Virignin, Ain - 24/04/2008)

Agréable à parcourir, l'itinéraire file maintenant vers le Sud par de bons chemins pour rejoindre le point de départ.

Plusieurs panneaux de bois gravés à l'abandon, suggèrent qu'il doit emprunter ce qui dû être un sentier de découverte. Des textes intéressants expliquent l'origine de toponymes de la région de Belley. Un grand merci à leurs auteurs.

Aigues Mortes. Ici, bas-fonds où stagnent les eaux mortes. Des traces d'aménagements semblent indiquer une ancienne utilisation comme routoirs. Le rouissage du chanvre était interdit à proximité des habitations à cause de l'odeur pestilentielle qui se dégageait des routoirs. À Virignin, la culture du chanvre est attestée par un lieu-dit : Côte Chenavaz. Plus de précisions sur Wikipédia : Rouissage.

Le Raffour. Raffour était le nom régional (Isère, Lyonnais, Savoie, Jura) d'un mode de production rustique de chaux. Lorsqu'on en avait besoin pour la construction de bâtiments, on établissait dans un endroit à la fois accessible aux charrois, riches en blocs calcaires et en bois de chauffage, une sorte de meule creuse en pierre calcaire sous laquelle on entretenait pendant plusieurs jours un violent brasier. Le Raffour se détruisait de lui même lorsque la température atteinte transformait la pierre en chaux pulvérulente. Les Raffours ne laissaient donc pas de traces plus durables qu'une meule de charbonnier, mais le souvenir s'en est conservé dans les lieux-dits et aussi dans le nom de famille régional Duraffour.

Pierres Bises. Dans la région de Belley, on appelle Pierres Bises, des blocs de rochers charriés depuis les massifs alpin au cours d'une période de forte avancée des glaciers.

Fontaine de Saint-Sorlin.

La variante de Pierre-Chatel

Avec l'idée d'approcher de Pierre-Chatel, la voiture est stationnée dans Nant au début de l'ancienne route d'accès qui contourne la Montagne de Parves et le Mont Chevreaux par le Sud. Facile, presque en courbe de niveau, elle permet après 1,750 kilomètre de pénétrer un court instant dans le domaine privé. Avant de suivre la montée d'accès à Fort-les-Bancs, une belle fontaine, lavoir qui jouxte une ruine [ 31T 0712529 5065716 ], le poste de garde du fort, sont à mentionner.

Ancien fort de Pierre-Chatel

Secteur Est de l'ancien fort de Pierre-Chatel depuis la route d'accès (Bas Bugey, Virignin, Ain - 26/04/2008)

L'itinéraire offre des points de vue magnifiques sur les anciens édifices. Mais poursuivant l'ascension vers le fort, une solide grille cadenassée interdit bientôt le passage. Difficile de se résoudre à renoncer, alors quelques pas d'escalade facile permettent de franchir le haut mur appuyé à la falaise. Quelques lacets conduisent au tunnel qui permet de franchir le rempart du fossé Nord-Ouest de Fort-les-Bancs. C'est le départ pour une courte randonnée à travers la Montagne de Parves, le Mont Chevreaux et l'ancien champ de tir.

Secteur Ouest de l'ancienne Chartreuse de Pierre-Chatel édifiée sur les restes de l'ancien fort. Depuis la route d'accès à Fort-les-Bancs (Bas Bugey, Virignin, Ain - 26/04/2008)

Par l'ancien champ de tir

À nouveau à travers la Passe du Heaume Grimaçant, le petit chemin file vers le Nord depuis le GR59 [ 31T 0711893 5066135 ]. Il s'oriente bientôt au Nord-Est pour grimper les pentes du Bois de Jean Rolland et les premiers soubassements du Mont Chevreaux. À l'aplomb de la ligne haute tension [ 31T 0711976 5066706 ], quelques marches de pierre surprenantes en ce lieu invitent à quitter le chemin pour monter par un sentier en rattraper encore un autre qui arrive du Sud [ 31T 0712050 5066830 ]. Évidemment, la 1/25000e n'en mentionne aucun…

Le Grand-Thur

Entre le Rhône et le Grand-Thur, le Mont Gela (Bas Bugey, Virignin, Ain - 26/04/2008)

Une cinquantaine de mètres plus loin, la végétation dense, laisse la place à une zone dégagée qui permet un vaste demi-tour d'horizon sur les sommets du Bas Bugey. Mais en poursuivant, c'est bientôt un panneau qui indique l'accès à un autre point de vue situé sous le Mont Chevreaux [ 31T 0712087 5066980 ] – rien à voir de plus. Le sentier s'engage maintenant dans une large combe boisée pour descendre à proximité de l'ancien champ de tir. En même temps que le sentier se transforme en piste forestière, une petite cabane apparaît sur la gauche. Abri forestier ou vestige de l'activité militaire du lieu ? La prairie champ de tir a laissé la place à une belle sapinière.

Surprenante cabane de pierres avec sa toiture récemment restaurée (Bas Bugey, Virignin, Ain - 26/04/2008)

La piste se poursuit vers le chemin qui monte de la carrière de Rocheret [ 31T 0712394 5068277 ].

Cette traversée offre une alternative intéressante à la boucle décrite depuis Virignin et le versant Ouest de la Montagne de Parves.

Vagabond, un compagnon de route

Le vagabond nous a emboîté le pas pour partager plus de 6 kilomètres avant de disparaître (Bas Bugey, Virignin, Ain - 24/04/2008)

Ce jour là, descendant du Fort-les-Bancs, nous traversions Nant et, il nous a emboîté le pas. D'abord sur la route goudronnée, puis remontant la carrière pour franchir la crête de la Montagne de Parves, il nous précédait, nous attendait quand il nous perdait de vue. Il nous a suivi dans la très longue descente pour rejoindre la D107 de Belley à Parves. Passé le raccourci du grand lacet, après quelques centaines de mètres, il a disparu sur la piste du retour. En vain, nous avons cherché à retrouver sa trace dans la boue du chemin… Plus de 6 kilomètres partagés l'ont éloigné de son village. Que s'est il passé ? Pour lui éviter un long retour hasardeux, avec Patrick nous l'aurions ramené en voiture jusqu'à Nant.

Documentation et topos

Haut de page

Sentiers de pleine nature par Gérard Barré © 2006-2017 Tous droits réservés

Propulsé par Dotclear le contenu de sentier-nature.com est sous licence Creative Commons