Du refuge de l'Oule à la Croix du Léat, depuis Gleyzin

Traverser le Passage de Tigneux pour visiter les montagnes de l'Oule, de Tigneux et de Combe Grasse justifiait de passer une nouvelle journée dans ce coin très sauvage du massif de Belledonne. Mais une fois encore, la météo n'a pas été de la partie. Une épaisse mer de nuages ne s'est pas dissipée et une quinzaine de centimètres de neige précoce avait blanchi les pentes au dessus de 2000m. Trop ou pas assez pour permettre une marche aisée à travers les passages pierreux et escarpés des versants Nord des Pointes de la Porte de l'Église. Depuis Gleyzin, la Bourgeat Noire, dépassant le Refuge de l'Oule, il faudra alors me satisfaire d'une montée jusque vers 2100m avant de rebrousser chemin pour traverser en direction de la Pierre du Pin et descendre les crêtes de la Montagne de Combe Grasse par la Croix du Léat jusqu'au Chalet du Bout, avant de rejoindre par une bonne piste forestière, le point de départ. (mise à jour du 22/09/08)

Données topographiques
Documentation et topos

La voiture pourra être laissée à la Bourgeat Noire, Gleyzin, hameau de Pinsot. Depuis Allevard, en direction de Fond de France par la D525A, on prendra à gauche à la sortie de Pinsot, la petite route qui monte vers Gleyzin. Arrivé à la Bourgeat Blanche, on traversera les quelques maisons en direction du gîte pour atteindre la plateforme goudronnée qui permet de stationner [ 32T 0274316 5024233 ].

Cascades sur le torrent du Gleyzin

Partout, la montagne ruissèle, les torrents sont gonflés de l'excès d'eau tombé à la fin de l'été. Les belles cascades du Gleyzin (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

La piste d'exploitation qui part en direction du Sud se transforme en chemin pour traverser l'alpage de l'Oule, après avoir franchi plusieurs ruisseaux transformés en torrents d'eau vive par les fortes pluies récentes. Le bruit de l'eau couvre tous les autres bruits, le silence plutôt, tant tout est calme dans le brouillard épais.

Pointe de Comberousse blanchie des premières neiges

En montant au Refuge de l'Oule (Antoine Cros), la sortie du brouillard offre l'espoir d'une journée de beau temps. La Pointe de Comberousse blanchie des premières neiges (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

Arrivé sous la Montagne de l'Oule, la pente se redresse, le sentier plus raide dessine ses lacets dans le versant Ouest pour franchir le torrent du Gleyzin après une longue traversée. Un solide pont de bois, une courte montée, permettent de déboucher sur un large replat qui a dû être longtemps occupé par des bergers comme pourraient en témoigner quelques murs en ruine. Au voisinage de la rivière, les rochers étaient verglacés, il fait froid et humide. Le brouillard moins épais, transparent par moment, offre une vision qui laisse espérer une belle journée… avant de se refermer sur le paysage. Dans la grisaille, la sente herbeuse n'est pas évidente à suivre. Mais bientôt, la pente se redresse, et un sentier bien tracé commence sa série de lacets jusque sous le refuge de l'Oule. Une nouvelle éclaircie permet de l'apercevoir. Le chalet semble tout près – encore 150m de dénivelé…

Le refuge de l'Oule ou Antoine Cros

Émergeant du brouillard – la mer de nuages n'est pas loin – le refuge de l'Oule est baigné de soleil (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

Sous le refuge, des marches sommaires permettent de franchir un passage de rochers. Un homme descend. Nous discutons longtemps. Le randonneur solitaire a passé la nuit au refuge. Souvent, il passe quelques jours en montagne. Lyonnais, il n'utilise que les transports en commun pour ses escapades – démarche intéressante à l'heure des économies d'énergie.

Pied de l'arête Nord Ouest des pointes de la Porte d'Église

L'arête Nord Ouest des pointes de la Porte d'Église plonge dans la mer de nuages (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

Arrivé au refuge, le paysage dégagé est enchanteur. Les hauteurs d'une blancheur immaculée renforcent la luminosité. Le brouillard est dessous… Pas pour longtemps ! Les nuages reviennent lècher les pentes.

Au dessus du Refuge de l'Oule

Brouillard épais sur la sente au dessus du refuge (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

Partant sur une trace vers le Sud, c'est ensuite, une sente bien tracée qui permet de franchir le ressaut au dessus du Refuge. Enfin, le brouillard épais finit par se dissiper, offrant une vue haute montagne des Grandes Lanches, par la belle Pointe du Gleyzin, le Col du Gleyzin, le Passage de Clarant, etc.

Pointe de Gleyzin

Premières neiges sur le versant Nord de la Pointe du Gleyzin, à droite le col éponyme (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

D'abord, la neige rare s'est accumulée dans les creux, puis plus haut, elle a fini par recouvrir les creux et les bosses. Dure, elle rend la marche difficile, cachant les trous entre les pierres par de fragiles ponts de neige miniatures. Déjà, au refuge, découvrant l'importance de l'enneigement, j'avais compris que la traversée prévue ne serait pas possible dans ces conditions. Alors, après quelques pas incertains, je renonce, m'imprègne du paysage avant de me retourner pour m'engager dans la descente jusqu'à une terrasse herbeuse accueillante repérée en montant. Face à la mer de nuages, baigné de soleil, je sors le repas du sac à dos et m'installe confortablement…

Première neiges

Une quinzaine de centimètres de neige fraiche et durcie va rendre la progression difficile et incertaine (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

Le temps passe. De temps à autre, la mer de nuages qui se retire permet d'apercevoir le refuge en contrebas. Un dernier coup d'œil à l'environnement, encore quelques secondes passées dans la lecture de la carte pour mémoriser l'itinéraire. J'enfile le sac à dos et m'engage dans la descente.

Le Refuge de l'Oule

Le Refuge de l'Oule au bord de la mer… de nuages (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

Le brouillard est revenu. Descendant dans mes pas, il ne provoque pas de difficulté. De retour sur le large replat, près de gros blocs, je laisse à droite le sentier de la montée. Un panneau indique le Chalet du Bout – c'est par là ! Les batteries du GPS sont maintenant trop faibles pour afficher la cartographie embarquée… Les accus de rechange sont vides – oubliés d'être rechargés. Le brouillard est épais, la visibilité est faible, vais-je m'égarer ? Me perdre ? Mais non, il reste la boussole s'il y avait besoin. Elle est dans une poche du sac à dos.

Croix du Léat

Brouillard épais sur la Croix du Léat (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

La montée est sévère, la lecture de la carte n'avait pas laissé apparaitre de telles pentes, et pourtant. La Pierre du Pin est bien à 1904m, et je ne suis encore qu'à 1750m… Je croise le randonneur de ce matin, il est allé aux champignons sous la Croix du Léat. – La cueillette a été bonne ? En guise de réponse, il présente deux sacs bien remplis, l'un de bolets et de ceps, l'autre de chanterelles. Mon nouvel ami jubile en me parlant de la fricassée qu'il va se faire poêler – ail, persil, huile sont dans ses bagages. J'envie ses instants sans partage quand la nuit sera tombée sur la montagne, sur le refuge de l'Oule, alors qu'il flottera dans l'air les fragrances de la persillade…

Dans des pentes raides, le sentier plus étroit demande de l'attention. J'ai hâte d'en finir, sans même réussir à imaginer ce qui m'entoure, seulement les pierres du chemin, le passage parfois glissant, la pente qui, sans visibilité, n'est même plus impressionnante. Arrivé au point coté 1904m, le sentier semble partir dans une mauvaise direction, tire à gauche alors qu'il faudrait partir à droite. Mais non, trouble du sens de l'orientation, il descend sur la crête presque Nord Ouest, étroit. Quelle purée de pois. Bientôt en dessous de 1900m, la Croix du Léat – ce qu'il en reste retenu par quelques pierres – apparait. La dénivelée négative s'accumule, je me laisse aller sur la pente du chemin contrôlant simplement la bonne direction. Carrefour du Bout, le chemin pique au Nord Est pour 400 mètres, jusqu'à déboucher dans la clairière du Chalet de Bout.

Le Chalet du Bout

Installé depuis 1812 au coeur de sa clairière, le Chalet du Bout peut accueillir les randonneurs nomades – équipement sommaire et suffisant (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 16/09/08)

La date de 1812 est gravée sur ce qui a dû être le pas de porte. La construction est meublée chichement mais accueillante, juste ce qu'il faut.

Les sapins Henri IV, Pinsot

Deux sapins hauts de plus de 30 mètres, âgés de 400 ans suivant l'estimation, ont été contemporains d'Henri VI – d'où leur nom ? À 1,30 mètre, la circonférence de leur tronc est voisine de 5,50 mètre… En bordure de la clairière, celui de gauche peut être facilement photographié [ 32T 0273433 5023939 ] (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 20/09/08)

Fatigué, j'oublie les sapins Henri IV, ce n'est pas aujourd'hui que je saurais ce dont il s'agit (Quelques jours plus tard, de passage au Chalet du Bout, j'admire les deux curiosités).

Le lit du Gleyzin

Le lit du Gleyzin au milieu de laves torrentielles puissantes (Belledonne Nord, Pinsot, Isère - 20/09/08)

Il reste à dévaler la piste forestière avant de traverser le lit du Gleyzin par une passerelle posée en travers du torrent au milieu de laves torrentielles puissantes, boues denses charriant des blocs, écoulements destructeurs, qui doivent filer sous les maisons du hameau sans dommages apparents – impressionnant !

Fatigué par la journée de marche, la tête encore illuminée de la lumière de là-haut, le brouillard n'a pas troublé le plaisir de la pleine nature. Reste le désir de paysage…

Documentation et topos

Belledonne et Sept-Laux, les plus belles randonnées par Jean-Michel Pouy. Éditions Glénat, Collection Montagne Randonnée dirigée par Pascal Sombardier.

Haut de page

Sentiers de pleine nature par Gérard Barré © 2006-2019 Tous droits réservés

Propulsé par Dotclear le contenu de sentier-nature.com est sous licence Creative Commons