Un tour des Cerces

Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle. Entres les pics escarpés et l'eau calme des nombreux lacs du Massif des Cerces, une longue randonnée combine la traversée des cols de la Ponsonnière des Béraudes et des Rochilles en partant des Mottets, lieu-dit de Valloire. Le retour passe par les Drayères en suivant la belle Clarée, rivière de la vallée de Névache. Le parcours permet de découvrir différents versants de la Pointe des Cerces, du Pic de la Moulinière et de la Tête de la Cassille en particulier et autres sommets de ce massif si attachant.

Données topographiques
Avertissement
Documentation et topos

[Franchissement 1/3 ; Exposition 1/3 ; Orientation 1/3]

Depuis Valloire, par la route D202 du Col du Galibier, peu avant Plan Lachat, prendre à gauche la mauvaise piste stratégique des Rochilles. Le parking au-dessus des Mottets s'atteint en roulant au pas [ 32T 0299608 4995321 – N 45.08297° E 6.45377° ]. Parti pour tenter la traversée du Pic de la Moulinière, le pierrier du couloir Sud Est de la montagne, raide et peu engageant, découragera le désir de la visite du sommet.

Versant Nord du Pic de la Moulinière

Débouchant sur le bord de la cuvette du Lac des Cerces, le couloir Nord du Pic de la Moulinière s'offre enfin à l'observation (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Valloire, Savoie – 11/10/12)

Alors, monté par le Lac des Cerces et le Col de la Ponsonnière, pour atteindre le pied de la montagne, faire demi tour n'était pas à l'ordre du jour. Franchir le Col des Béraudes devenait bien tentant.

Le Grand Lac (de la Ponsonnière)

Entre les Arêtes de la Bruyère et Roche Colombe, le Grand Lac (de la Ponsonnière) fait face à la Montagne des Agneaux (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Le Monêtier-les-Bains, Hautes-Alpes, 11/10/12)

Lundi matin, le sol était gelé et aujourd'hui, les passages humides sous le Lac des Cerces et jusqu'au Col de la Ponsonnière sont boueux. Une dizaine de militaires d'un régiment de la Légion Étrangères montent à vive allure et me rattrapent sous le col. Le détachement part à la conquête du Grand Galibier. Quelques échanges sympathiques trompent un moment, la solitude dans la montagne bien tranquille au début de l'automne.

La Tête de la Cassille

Au bord du Lac des Crouserocs, un point de vue intéressant sur la Tête de la Cassille (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Le Monêtier-les-Bains, Hautes-Alpes, 11/10/12)

La traversée qui domine le Lac de la Ponsonnière et le Grand Lac est superbe. Les Arêtes de la Bruyère, l'Aiguillette du Lauzet et la Tête de Colombe dessinent un premier plan remarquable à la Montagne des Agneaux. On ne manquera pas de prendre le temps d'un regard en arrière pour découvrir le Grand Galibier sous un angle inhabituel aux habitués de Valloire. Du Col de la Ponsonnière jusqu'au Col Termier, l'itinéraire d'ascension se devine aisément.

Couloir Sud Est du Pic de la Moulinière

Après l'observation du couloir Nord, le couloir Sud Est du Pic de la Moulinière n'est guère plus engageant (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Le Monêtier-les-Bains, Hautes-Alpes, 11/10/12)

Pour ne pas perdre d'altitude, le sentier fait un détour par le Lac des Crouserocs, nom curieux pour un petit plan d'eau, point de vue intéressant sur la Tête de la Cassille. Dès lors, la marche se déroule dans l'ambiance abrupte du versant Ouest du Pic de la Moulinière, pour aller contourner un ressaut à l'extrémité de l'arête Sud.

Versant Sud du Col des Béraudes

La sente du versant Sud du Col des Béraudes est visible jusqu'à la fissure, passage clé du col (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Le Monêtier-les-Bains, Hautes-Alpes, 11/10/12)

Laissant à droite le sentier du Col du Chardonnet, un raide ressaut herbeux donne accès à une cuvette d'origine glaciaire, à la fois au pied du versant Sud du Col des Béraudes et du Couloir Sud Est du Pic de la Moulinière. Sous le Col de la Ponsonnière, l'observation du couloir Nord, raide et encaissé, semait déjà le doute sur le résultat de la traversée engagée du sommet. La possibilité d'un aller et retour par le couloir opposé restait alors, d'actualité. Mais au pied du mur, le doute sacristie, s'encombre d'anxiété. Le temps d'observer un chamois au sommet du point 2820 de l'arête Sud, la décision de s'en tenir au Col des Béraudes est prise.

Sous le Col des Béraudes

La sente du Col des Béraudes en amont de la fissure clé de l'ascension (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Le Monêtier-les-Bains, Hautes-Alpes, 11/10/12)

Le sentier reste bon jusque dans le pierrier de schistes sous la crête. La trace boueuse monte en écharpe jusqu'à une sorte de fissure, couloir dans l'arête secondaire issue d'un gendarme caractéristique, qui plonge dans la pente. Le passage est glissant, et par une traversée exposée sur une trace étroite à peine marquée dans le sol glissant, le Col est atteint. L'empreinte profonde des chaussures se remplit d'eau… La terre du col est gorgée de l'eau de la pluie de la nuit et de la fonte de la neige tombée récemment.

Versant Sud de la Pointe des Cerces

Le versant Sud de la Pointe des Cerces, vu depuis le Col des Béraudes (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Névache, Hautes-Alpes, 11/10/12)

Plus question de revenir par le même itinéraire, même si le circuit s'annonce plutôt long. Le raidillon qui descend les premiers mètres du versant opposé, n'est pas engageant. Descendre prudemment en dehors du passage détrempé évite le risque de glissade. La pente s'adoucit, la désescalade de quelques ressauts rocheux reste facile.

Le Lac des Béraudes

Couleur émeraude sombre, le Lac des Béraudes occupe une cuvette d'origine glaciaire face au Mont Thabor (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Névache, Hautes-Alpes, 11/10/12)

La sente dévale ainsi vers le Lac des Béraudes. La tâche émeraude foncée du lac, tranche dans le paysage presque monochrome sous le ciel gris. Le Mont Thabor occupe l'horizon. En courts lacets, le sentier est tracé dans la pente raide jusque vers 2300 mètres. Enfin le paysage s'adoucit. Les mélèzes en robe d'automne, éclairent la haute vallée de la Clarée sous quelques rares rayons de soleil.

La Main de Crépin

Dans la vallée de la Clarée, la Main de Crépin est un ensemble d'aiguilles rocheuses qui vu, sous un certain angle forme très précisément une main (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Névache, Hautes-Alpes, 11/10/12)

Sans grande précision, on m'avait parlé d'un sentier non mentionné sur la carte qui couperait par la montagne pour éviter de descendre dans la vallée de la Clarée et de passer par les Drayères. Rien vu sur le terrain, hormis une sente qui monte à gauche au verrou du Lac des Béraudes pour se perdre rapidement. Le terrain n'a rien révélé qui se distinguerait du passage des troupeaux.

Le haut de la vallée de Névache

En automne, loin de Névache, dans la vallée de la Clarée (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Névache, Hautes-Alpes, 11/10/12)

Alors, couper hors sentier par les Lauzes, raccourcit un peu et diminue la perte de dénivelé. De plus le parcours est agréable, si l'on prend garde de rester à l'amont des sagnes qui occupent les plainettes du parcours.

La Rivière de la Clarée

Couleurs d'automne sur les cascatelles de la Clarée, rivière de la vallée de Névache (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Névache, Hautes-Alpes, 11/10/12)

Vers 2080 mètres, maintenant sur le chemin des Drayères, admirer les cascatelles au fil de la Clarée distrait du tourment qu'occasionne la perspective des 350 mètres de dénivelé positif à franchir jusqu'au Seuil des Rochilles. Pas de réseau de téléphonie depuis ce matin, et le temps passe. La famille qui attendait un retour en début d'après midi doit s'inquiéter…

Le Lac de la Clarée

Le Lac de la Clarée sous le Pain de Sucre, antécime de la Pointe de Riou Blanc (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Névache, Hautes-Alpes, 11/10/12)

À travers les Rochilles, dans un paysage plus familier chargé de souvenirs de tous ordres, longer le Lac de la Clarée apporte beaucoup de plaisir et pas seulement celui de voir la grimpée se terminer. Au Seuil des Rochilles, la borne frontière Dauphiné-Savoie n°92, mérite une pause photographie pour compléter la collection commencée en Chartreuse. Et puis la marche reprend, plutôt fastidieuse le long du Lac Rond, puis de celui du Grand Ban. La vieille piste militaire épouse le relief, monte et descend, et enfin atteint le Col des Rochilles.

Le Col des Rochilles

Au bord du Lac du Grand Ban, les Tours de Notre-Dame derrière la dépression du Col des Rochilles (Massif des Cerces, Galibier-Peyrolle, Valloire, Savoie, 11/10/12)

Le raidillon, la traversée du camp, la descente directe qui semble si longue – enfin les Mottets et le parking. Le matériel est rapidement rangé dans le coffre de la voiture et sur la route, il faudra attendre de voir le Poingt Ravier et son relais téléphonique pour appeler la maison…

Documentation et topos

Briançonnais les plus belles randonnées par Jean-Luc Charton.

Avertissement !

Certains passages de cet itinéraire de montagne sont escarpés et/ou exposés, il est déconseillé aux enfants non accompagnés et aux personnes sujettes au vertige. Pour votre sécurité, nous vous invitons à respecter les règles suivantes : être bien chaussé, ne pas s'engager par mauvais temps, ne pas s'écarter de l'itinéraire ni des sentiers. Il apparaît souhaitable de réaliser cette course par temps sec.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page

Sentiers de pleine nature par Gérard Barré © 2006-2019 Tous droits réservés

Propulsé par Dotclear le contenu de sentier-nature.com est sous licence Creative Commons