Coronavirus, promenades et confinement

« Déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes » et c’est tout. Débrouillons nous avec les seuls termes officiels de l’Attestation de Déplacement Dérogatoire. Sans aucune intention ici, de faire polémique, promeneurs, randonneurs et montagnards, doivent s’interroger sur les choix qu’il est encore possible de faire. Les communiqués officiels qui concernent les activités de plein air, la randonnée en montagne notamment, sont directement accessibles dans un encadré en tête du billet.

Jonquilles, fleurs, mar. 2017

Jonquilles dans la montée sur le Crêtet au pied du Mont de la Charvaz (Avant-pays savoyard, Billième, Savoie – 20/03/17)

Le confinement mis en place par les autorités depuis mardi 17/03/20 - 12h00 poursuit, rappelons le, deux objectifs essentiels :

  • Freiner la propagation du coronavirus à travers la population ;
  • Éviter la surcharge du système de santé avec d’autres pathologies accidentelles.

Sur Internet dès le mercredi 18/03/20, de nombreux sites sérieux d’informations tentent de décrypter l’expression « des déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle » pour éclairer les lecteurs pour leurs activités à l'extérieur.

Seul le PGHM, le peloton de l'Isère notamment, a donné une information claire à ce sujet, je cite : Les déplacements vers les sites de pratique de randonnée, parapente, escalade… sont interdits ; seules les activités individuelles, de courte durée, à proximité immédiate du domicile sont tolérées, sous réserve de détenir l'attestation ad hoc, excluant de facto l'usage d'un véhicule pour se rendre sur les lieux de pratique.

Cela a le mérite d’être clair pour les activités sportives en montagne. Mais quand est-il de la promenade d’une heure ou deux, dans les collines à proximité de son domicile, qui néanmoins peuvent nécessiter un aller et retour en voiture ?

Le bon sens civique individuel, respectueux de la situation exceptionnelle, pourrait n’autoriser alors dans ce cadre, qu’une promenade solitaire qui privilégie le terrain facile et sans danger.

Mais qu’en est-il ? Est-ce toléré ? Est-ce en accord avec les mesures de confinement et l’Attestation de Déplacement Dérogatoire.

Selon Montagne Magazine, je cite : La préfecture précise quant à elle que « les forces de l’ordre étaient déjà à la rencontre des citoyens pour faire appliquer ces mesures avec souplesse et pédagogie », appelant de nouveau « tous les citoyens au civisme et au respect des mesures de confinement », y compris les férus de sports de montagne donc.

Selon le Journal des femmes, je cite : Aucune distance limite n'a été énoncée, mais il est évident que prendre l'air pour effectuer une randonnée en montagne n'est pas une option… L'utilisation de votre véhicule doit être limitée aux déplacements indispensables. Une balade en forêt, sauf si celle-ci se trouve relativement proche de votre domicile, ne rentre pas dans la catégorie des déplacements nécessaires. « Relativement proche de votre domicile » : encore un manque de précision…

Selon Le Dauphiné, dans son reportage sur les premières verbalisations à Grenoble, je cite : Tel ce couple d’un certain âge qui, innocemment, rentrait d’un petit tour en montagne. « Nous avons fait une préverbalisation, qui sera traitée par la suite. Ces deux personnes n’ont pas respecté le confinement pour des motifs de loisir, de convenance personnelle », expliquait un gendarme.

Rappelé par L’équipe, je cite : le Ministère des Sports a hier soir clarifié la notion de "autour du domicile”, ne laissant plus libre-court à une quelconque interprétation du texte. RESTEZ CHEZ VOUS !

Alors, mercredi matin, étais-je en infraction aux règles du confinement ?

L'Attestation de Déplacement Dérogatoire dûment renseignée et imprimée en poche, une dose de mauvaise conscience qui encombre l’esprit, un masque FFP2 glissé dans un sac de congélation et un flacon de gel hydro alcoolique rangés dans le sac à dos, je prenais la voiture vingt minutes pour m’arrêter au bord de la route du Col du Mont Tournier. Alors, je marchais 1,5 heures à travers le Bois de Glaize par des sentiers méconnus de la plupart des promeneurs et randonneurs. Évidemment, j’étais seul et n’ai rencontré qu’un chevreuil et un écureuil – la distance barrière d'un mètre a été naturellement respectée…

Convaincu que chacun d’entre-vous fera le bon choix, dans le respect des règles du confinement en vigueur, prenez soin de vous. À bientôt le plaisir de vous croiser au hasard du détour d’un sentier d’ici ou d’ailleurs quand tout cela ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page

Sentiers de randonnée en pleine nature par Gérard Barré © 2006-2020 Tous droits réservés

Propulsé par Dotclear le contenu de sentier-nature.com est sous licence Creative Commons